625 381 visites 4 visiteurs

L'UNION ET LIBOURNE SE NEUTRALISENT AU BOUT DU SUSPENS

29 janvier 2020 - 12:13

En ce dernier week-end de janvier, le championnat de Nationale 2 reprenait ses droits avec une très belle affiche puisque l’Union recevait Libourne, les deux équipes pourtant promues réalisent une première partie de saison en haut du classement. Et le public a répondu présent … Divers clubs girondins invités à l’initiative du Club de Supporters de l’Union, avaient pris place dans la tribune parmi lesquels le HBC Créonnais, le HBC Coutras, le HBC Arsac et le Handball Cubzaguais venu en importante délégation. Un grand merci à tous les dirigeants et accompagnateurs de ces clubs qui se sont mobilisés.

Les supporters libournais avaient fait bien entendu le court déplacement en masse pour encourager leur équipe. Tous les ingrédients étaient donc réunis pour une belle fête du handball.

S’agissant d’un match de reprise pour cause de trêve internationale, de part et d’autre, les coachs s’interrogeaient probablement sur l’état de forme de leur équipe. Côté girondin, si Julian Buquet figurait sur la feuille de match, diminué il ne rentrera pas en jeu. Charlie Lauroua mettait de côté les doutes sur son état physique pour répondre présent. Côté libournais, le rugueux défenseur, Salim Bachouti et l’un des frères Samb n’étaient pas alignés. Par ailleurs, à noter le retour de Flavien Long à Dauguet mais cette fois-ci sous d’autres couleurs.

Fort à parier que chacun des joueurs dans les deux équipes attendaient la confrontation depuis le début de saison : ils se connaissent tous, ont parfois joué ensemble, ont pour certains par le passé proche ou lointain porté les couleurs du club adverse. Bref un derby, entre deux équipes, deux clubs qui se respectent mais qui se tirent la bourre depuis longtemps.

Le décor ainsi posé, les deux jeunes arbitres, Julien Blanco et Dylan Gazeu de la Ligue d’Occitanie sifflaient le début de la rencontre. Et les visiteurs, en mission commando, réalisaient un début de match sérieux en prenant les rênes. En face, les unionistes paraissaient contractés mais Jonathan Bollou maintenait son équipe sur les rails (3 à 3 5’).

Difficile toutefois de contenir la triplette Antoine Jonnier efficace au près, Flavien Long très motivé et surtout Julien Cadel auteur coup sur coup de la transformation du jet de 7m, d’une passe offrande à son pivot et d’un joli but à distance permettant aux libournais de creuser un premier break malgré les efforts de Jonathan Bollou, toujours lui, le seul bordelais à tenter de transpercer la défense adverse (4 à 8 8’).

Mais voilà, depuis le début de saison, les joueurs rive droitiers ont la faculté de laisser passer l’orage et de ne jamais se décourager. Il suffit parfois de peu de chose et le 1 contre 1 de Florian Kongo laissant son défenseur sur les talons et conclu magnifiquement d’un but rageur faisait non seulement se lever les supporters mais aussi donner le signal de la révolte à ses coéquipiers. Derrière, Pierrot réalisait une belle parade sur un tir de Cadel. Sur l’attaque suivante, Florian Kongo encore lui se démarquait d’une belle passe sautée à Florian Montferrand qui scorait. Dans la suite immédiate, belle défense des joueurs au scapulaire qui récupèrent le ballon et lancent Arthur Grandeau en contre-attaque gagnante. La partie était lancée (8 à 9 12’) et le coach libournais, Romain Cazemajou posait son premier temps mort.

Le jeu s’équilibre, le rythme du jeu baisse d’intensité mais la dynamique positive est côté des locaux qui reviennent à hauteur une première fois par Florain Kongo puis une seconde fois à la faveur d’’une supériorité numérique par Jonathan Bollou (12 à 12 19’).

C’est sans compter sur Antoine Jonnier et Julien Cadel qui prennent les choses en mains et permettent aux libournais de reprendre deux longueurs d’avance. L’écart aurait pu être plus corsé sans un bel arrêt de Pierrot Rayne qui s’oppose au tir de l’ailier Karim Samb passé derrière la défense girondine (12 à 14 21’). L’exclusion temporaire d’Alexis Chaillou crée des espaces dont vont profiter coup sur coup Charlie Lauroua qui en percussion prend Alexandre Lubiato à contre pied et Sami El Kaid (à bonne école) auteur d’un 1 contre 1 narcissien. La partie s’emballe à nouveau sous les encouragements du public chaud bouillant. Si Richard Gibert entré pour le 7 mètres n’empêche pas Julien Cadel de marquer, c’est finalement, les bordelo-cenano-floiracais qui prennent l’avantage pour la première fois du match quelques secondes avant que les arbitres renvoient les joueurs aux vestiaires (17 à 16 30’).

Messieurs les artistes, le match tient toutes ses promesses, vous pouvez aller souffler quelques minutes.

A la reprise, les gardiens baissent le rideau, notamment Pierrot Raynes qui fait obstacle aux offensives libournaises et permet à son équipe de prendre trois longueurs d’avance (19 à 16 33’). Alexandre Lubiato n’est pas en reste et multiplient les stops. Finalement les exclusions pèsent lourdement et tour à tour les équipes vont profiter de leur supériorité numérique (22 à 20 41’). A noter durant cette période toute la malice de Charlie Lauroua qui va trouver son Pivot Thomas Castaing d’une passe à rebond entre les jambes d’un défenseur…

Le jeu baisse d’un ton, quelques pertes de balles, normal pour un match de reprise après presque 1 mois et demi sans compétition. Mais les locaux pilonnent la défense libournaise et Arthur Grandeau passant au large de son arrière rappellent sa polyvalence et sa capacité à tirer de loin … Lubiato ne peut que constater les dégâts (24 à 21 46’). Les joueurs de Xavier Chaumel ne ménagent pas leurs efforts en défense mais avec un peu de réussite la balle échoue dans les mains du demi centre Alexandre Ordonneau qui trompe le gardien adverse au bout du bout de la possession (25 à 23 à 48’). C’est un temps faible au pire des moments pour l’Union malgré la débauche d’énergie et une belle partie de saute mouton au terme de laquelle Dylan Sierra se jette pour récupérer un ballon précieux … peine perdue. Les supporters de l’Union Fan’s s’inquiètent en voyant Florian Kongo regagner le banc avec une épaule visiblement douloureuse et s’en remettent à Emmanuelle aux doigts de fée pour une manipulation miraculeuse. Il reste 10 minutes à jouer et Libourne est aux trousses des joueurs au maillot pourpre (25 à 24 50’).

Antoine Jonnier écope d’une exclusion temporaire pour anti-jeu mais Julien Cadel, le serial buteur des libournais depuis le début de saison met les siens à hauteur.

Les locaux résistent : Pierrot Rayne sort un missile du bras et sur l’action suivante Le Mouellic déséquilibré sur son aile parvient à tromper Lubiato : pas facile d’être décisif avec un petit temps de jeu, bravo Olivier !!!! Mais l’équipe de Libourne n’est pas décidée à lâcher et le jeune Mickaël Ordonneau égalise à l’entrée du money time (26 à 26 à 54’). Le coach de l’Union pose son temps mort pour ne pas le perdre mais sans résultat sur la dynamique des visiteurs : Ordonneau récidive. Ca sent pas bon pour ne pas dire autre chose, le temps court et file ...Pire l’aîné des Ordonneau ne tremble pas au 7 mètres. Bon sang ne saurait mentir (26 à 28 57’).

Le sort du match semble avoir choisi son camp. Les éléments sont contraires, une transversale pour Jonathan Bollou, une balle récupérée en zone manque d’être bonifiée par Yann Gaudebert … est-ce raisonnable de penser que cette affaire là puisse être retournée ? Mais voilà le handball c’est fou !!! et va vite … Une balle bien décalée à l’aile droite et Arthur Grandeau exécute le geste parfait : il se déporte en flottant dans l’air et décoche une balle à l’angle opposé dans le petit filet … La travée de l’Union Fan’s à proximité se lève comme un seul homme dans une folle rumeur d’espoir. Toute la famille Grandeau réunie en tribune d’honneur a probablement vécu ce moment avec beaucoup d’excitation et de fierté ! Encore un but à rattraper pour les rive droitiers. Sur l’attaque suivante Flavien Long bute sur un Pierrot décisif et Florian Kongo score à deux reprises repositionnant les siens devant à 1 minute du terme. Allez l’Union encore un petit effort, il faut tenir. Si la gagne n’est pas encore acquise, les joueurs bastidiens ne peuvent plus perdre (à priori). Balle entre les mains de Libourne qui vient d’entrevoir l’enfer ! Romain Cazemajou pose son ultime temps mort et met en place un dernier dispositif. Tactique gagnante puisque Mathéo Castaing plein de sang froid va obtenir l’égalisation de son aile gauche. La dernière possession bordelaise ne donnera rien et les équipes se séparent sur un nul finalement équitable.

Les réactions sur le terrain sont contrastées : d’un côté les libournais fêtant le résultat et de l’autre les cenano floiracais visiblement déçus. Pas de quoi en tirer une conclusion hâtive mais intéressant.

Côté Union, les bobos et autres aléas de saison vont fortement éprouver le collectif de Xavier Chaumel qui devra montrer de grandes valeurs morales pour se sortir des pièges à venir à commencer par samedi prochain en terre charentaise face à l’ETEC.

Merci à tous les acteurs de ce match, sur le terrain d’abord les joueurs et les staffs, les arbitres et autres officiels à la table. Bravo aux spectateurs qui ont fait vivre le gymnase Dauguet dans une belle ambiance. Un grand merci aux dirigeants, salariés et bénévoles du club recevant pour l’organisation du match.

 

Ch. D

 

Crédit photo: Kristo Sports

Commentaires

PAGE INSTAGRAM

Rendez-vous sur notre page Instagram !

 

https://www.instagram.com/girondinshandball/?hl=fr

 

STAGE FERNANDEZ 2020