625 383 visites 4 visiteurs

L’ ETeC attaque et l’Union craque

4 février 2020 - 11:25

Pour le compte de la première journée de la phase retour du championnat de Nationale 2, l’Union se déplaçait à la Rochefoucauld pour défier l’ETeC.

Dans les rangs bordelais, Julian Buquet, blessé, manquait à l’appel. Le coach Xavier Chaumel envisageait la rencontre à haut risque et souhaitait que son équipe la dispute quasiment comme un match de coupe. Côté ETeC, défaite interdite pour rester au contact du haut de tableau, le collectif charentais entendait bien prendre sa revanche du match aller qui a probablement plombé les ambitions affichées en début de saison.

Après une minute de silence en mémoire de l’arbitre international Thierry Dentz, la rencontre débute sans surprise avec des locaux qui mettent le rythme et l’impact physique. Les premières minutes de jeu se révèlent catastrophiques pour les joueurs de l’Union qui n’y sont pas. Les deux premières attaques se soldent en effet par un échec de Thomas Castaing à 6 mètres et une perte de balle. En défense, les joueurs de l’Union concèdent d’entrée un 7 mètres transformé par le demi-centre espagnol Guillermo Ros Arribas et un but sur l’aile droite du jeune Louis Alter (2 à 0 3’). Alors si Jonathan Bollou comme la semaine passée assure la réaction des visiteurs en parvenant à tromper l’imposant gardien Dorian Signoret et à réduire le score, les échecs successifs « immanquables » et 7 mètres vont semer le doute dans les têtes girondines.

Le handball c’est finalement très simple, vos échecs nourrissent la réussite de vos adversaires : vous pouvez vous attendre au pire lorsque vous êtes en échec en attaque et offrez de bons contres à vos adversaires (il faut dire que le système défensif de l’ETeC prive les joueurs de l’Union de tout espace). Par ailleurs, battus dans les duels, sans arrêts de vos gardiens, il devient quasiment impossible d’exister dans le match (7 à 1 9’).

Xavier pose son premier temps mort et tente de réveiller ses joueurs avec véhémence et lance Yann Gaudebert et Olivier le Mouellic dans l’arène. Ce dernier au terme d’une montée de balle hésitante parvient tout de même sur son aile à marquer le second but de son équipe. 

Si les charentais profitent d’une supériorité numérique pour faire gonfler le score, les unionnais vont infliger un 4-0 plein d’espoirs. Le rapport de force s’équilibre et la défense des joueurs au scapulaire récupèrent des ballons permettant de relancer de bons ballons vers Arthur Grandeau efficace (9 à 6 17’). Le jeune Sami El-Kaid montre beaucoup de courage en défense et les cadres de l’équipe reprennent des couleurs en attaque (10 à 9 24’). A ce moment, on regrette juste que l’arrêt de Pierre Rayne sur un 7 mètres n’empêche pas le tireur Ros Arribas de récupérer le ballon et de profiter d’une seconde chance. De même, le joueur aragonais est tout heureux de voir son tir contré tromper le gardien girondin et finir sa course dans les filets. Les deux équipes auraient été à égalité.

Il s’agit d’un temps faible pour la formation de la Rochefoucauld qui ont de plus en plus de mal à trouver les solutions.

Mais voilà, le gardien charentais va gagner de nouveaux duels et provoquer la maladresse des tireurs bordelo-cenano-floiracais tandis que ces coéquipiers ragaillardis trouvent l’ouverture à l’autre bout du terrain. 

Le manque de lucidité s’empare alors des visiteurs : Charlie Lauroua victime d’une faute non sifflée stoppe grossièrement son adversaire sur l’action suivante. Cela coûte une exclusion et un avertissement pour le coach unionnais. Quelques instants plus tard, c’est Thomas Castaing qui doit rejoindre temporairement le banc. Finalement les visiteurs auront disputé les 4 minutes précédant la pause en infériorité numérique permettant aux charentais de se rassurer au score (14 à 10 30’).

 

Quelques minutes de pause : les supporters de l’Union Fan’s dans les tribunes se disent que c’est encore possible de ramener un résultat sans toutefois dissiper leur doute sur la capacité de leur équipe à revenir au score. Il sera difficile de contenir l’impétuosité charentaise.

 

Le début de la seconde période ressemble à du déjà vu : un 3-0 pour l’ETeC et un Dorian Signoret qui repousse les tentatives girondines.

Seuls Florian Montferrand et Jonathan Bollou semblent en mesure de scorer et tentent de ranimer leurs coéquipiers. C’est bientôt l’expérimenté pivot Ludovic Bussard étrangement muet depuis le début de rencontre qui se déchaîne … ça va devenir très compliqué (19 à 13 36’). Florian Montferrand ne veut pas lâcher et permet à son équipe de revenir à trois buts.

Ce sera le début de la fin, Bussard et les siens sont surmotivés et veulent punir les girondins qui ne pourront rien faire face à la furia charentaise. Le public venu en nombre dans le petit gymnase municipal pousse son équipe. Les joueurs de l’entraîneur Baptiste Faucher avaient visiblement bien étudié les petits tours de poche bordelais.

Thomas Castaing écope sévèrement d’une seconde exclusion temporaire (mais bénéficiera plus tard de la clémence des arbitres pour un tirage de maillot) et l’ETeC d’un 7 mètres généreux ? Rien ne va et les joueurs de l’Union sont en souffrance (25 à 17 48’).

La fin du match sera un long calvaire et les réactions de l’Union sporadiques. Le score gonfle et l’ETeC profite du match pour régaler son public. Bravo aux charentais qui sont sur une belle série de victoire dont une nette et sans bavure à Libourne.

 

Que dire en conclusion ? Le prochain match à domicile est très important pour donner un sens à la fin de saison. Prendre les trois points face à l’ASPOM ne sera pas chose facile, cette équipe venant d’accrocher le leader et de gagner contre Libourne. Gageons que la formation bordelo-cenano-floiracaise mette les ingrédients pour se donner toutes les chances pour sortir victorieuse de ce nouveau derby.

 

Ch. D

Commentaires

PAGE INSTAGRAM

Rendez-vous sur notre page Instagram !

 

https://www.instagram.com/girondinshandball/?hl=fr

 

STAGE FERNANDEZ 2020